Nos propos ne seront pas de débattre de l’intérêt scientifique ou non des applications de prévention et d’accompagnement envisagées. Nous ne voulons pas d’un projet qui constituerait un point non-retour vers un système informatique de surveillance inédit, imprécis par nature et dangereux pour nos libertés individuelles.

Télécharger le document PDF